Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 123
¥ : 34
Date d'inscription : 20/09/2017
Age : 21
Localisation : Probablement au Body Scandals, sinon .. tu n'as pas à le savoir.
Emploi/études : Danseuse au Body Scandals se faisant appeler Ivy - Tueuse à gage portant le pseudo Némésis
avatar

MessageSujet: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Jeu 21 Sep - 1:01

Fujiwara Sasori
Feat Ni Ni

ID Card
Nom : Fujiwara. Un nom dont on ne se défait pas aisément. Une famille, des racines profondément ancrées. Un sombre héritage, synonyme de violence et de corruption. Porté tel un fardeau durant des années, il devint finalement une force, une fierté. Personne ne devrait oublier d'où elle vient; son nom à lui seul est un avertissement.

Prénom : Sasori. Des sonorités douces, délicates et mélodieuses qui semblent vous caresser tel un doux murmure. La féminité qui en émane ne lui sied que trop bien.

Âge : 21 ans. Si jeune, et pourtant dotée d'une expérience aussi riche que lourde. Ne lui renvoyez jamais son âge tel un élément réducteur; elle risquerait bien rapidement de vous faire regretter cet affront. Si une fougue certaine résulte sans doute de cette jeunesse, sa vision de la vie et de l'humanité semblent pourtant solidement constitués et immuables.

Date et lieu de naissance : 24 août 1996 à Kyôto. La jeune femme a vécu la majeure partie de son existence dans cette ville, la quittant il y a presque un an avec un certain dépit, Sasori aimant l'âme traditionnelle qui persistait dans la mégapole nippone.

Nationalité : Japonaise, bien qu'ayant une mère chinoise.

Statut marital : Célibataire et cela ne saurait vraisemblablement évoluer.

Situation financière : Relativement bonne. Sasori dispose de certains .. compléments de revenus non officiels qui lui permettent d'avoir un train de vie plutôt aisé.

Métier : Sous les projecteurs, Sasori est une envoutante danseuse au Body Scandals. Dans l'ombre, une redoutable tueuse à gage au service des K.OS, tortionnaire lorsqu'il le faut.

Gemme : L'Onyx

Casier judiciaire : Officiellement, son casier ressemble à celui d'une jeune délinquante sans grande dimension; entrave à un agent de la paix, vandalisme, coups et blessures, vol, port illégal d'armes blanches et à feu. Officieusement, le tableau est plus sombre; tortures et nombreux meurtres avec préméditation.

Anecdotes

Sasori possède un irezumi, offert par son cousin Hideto l'année de ses 17 ans. Il recouvre la majeure partie de son dos. Il s'agit d'un imposant dragon à cinq griffes, symbole autrefois réservé aux empereurs chinois. A son arrivée à Osaka, elle a fait modifier quelque peu ce tatouage pour y faire ajouter une pierre d'onyx entre les griffes du dragon.

La jeune femme possède un sommeil des plus agité, c'est pour cette raison qu'elle ne dort jamais auprès de ses amants occasionnels et s'éclipsera ainsi toujours avant la fin de la nuit.

Durant son adolescence, la drogue a fait partie de son quotidien, circulant de manière tentatrice sous ses yeux ; outre les plus douces, elle s'est toujours abstenue, comprenant bien rapidement le pouvoir que cela accordait aux hommes face aux êtres affaiblis par leur dépendance.

De part le milieu dans lequel elle a évolué, elle a côtoyé de nombreuses prostituées et se montre particulièrement révoltée par le marchandage des êtres humains.

Sasori est une grande amatrice de musique et ses goûts sont assez éclectiques ; elle aime ainsi se rendre régulièrement à des concerts. Elle apprécie aussi l'ambiance chaleureuse et conviviale des festivals.

Particulièrement coquette et soucieuse de son apparence, la jeune femme est toujours bien apprêtée et accorde une partie non négligeable de son temps libre à prendre soin de son apparence.

Elle possède une activité physique importante, non seulement au travers de la danse, mais aussi de jogging et de fitness. Une sorte de drogue dont elle ne pourrait se passer.

Son nom de scène au BS est Ivy, en référence au célèbre personnage Poison Ivy et à cette plante, le lierre, particulièrement envahissante qui finit par étouffer les arbres et détruire les murs.

Elle adore les fêtes foraines et leur atmosphère particulière la font retomber complètement en enfance.

La jeune femme a une très bonne maitrise du mandarin et correcte de l'anglais.
Caractère

“ Everyone wants to reach out their hand and grab happiness
But they just end up becoming the monster that lies deep in the darkness . ”




The embodied sweetness, the personified innocence.


Ses traits doux et délicats ne sauraient vous laisser de marbre ; la douceur qui émane de ce petit brin de femme est aussi charmante qu'elle invite à la bienveillance et à la protection. Sasori est telle une délicate fleur, belle et fragile, apaisante et réconfortante, dont l'on voudrait prendre soin afin que jamais elle ne se fane. Ses sourires inspirent une pureté résolument irradiante et lumineuse ; et pourtant lorsque ses derniers se figent et que son regard semble se perdre, la lumière laisse place à une mélancolie intrigante. Telle une funambule, ses émotions ou ses pensées semblent en permanence vaciller entre joie mutine et tourment secret ; cette fragilité la rend d'autant plus précieuse et fascinante. D'une certaine manière, la nymphe en joue sûrement. Entre ce qu'elle feint et ce qu'elle peut réellement ressentir, difficile de discerner le vrai du faux. Peut être mieux vaut-il la considérer uniquement tel un mirage, une chimère trop attrayante pour ne rien cacher ne plus vil.


The roses also have thorns.


La jeune femme est en vérité bien loin de l'image classique de la japonaise douce et docile, discrète et mesurée. D'un caractère des plus affirmée, Sasori possède une forte personnalité qui ne saurait que trop bien vous surprendre. Espiègle, aventureuse, elle ne manque pas d'audace et se montre difficilement impressionnable. D'ailleurs, elle a un certain problème avec l'autorité et cela lui a déjà provoqué bon nombres d'ennuis. Indépendante et dissidente, elle n'est pas un élément aisément contrôlable. Cela en serait presque attendrissant, son visage angélique contrastant avec cette force de caractère. Et pourtant, ne vous laissez pas berner ; elle n'est pas un oiseau tout juste tombé du nid. Vive, d'une fierté farouche, le manque de respect et le mépris à son égard ne sauraient demeurer sans conséquence. Piquante, elle peut se montrer particulièrement acerbe et véhémente si on la prend de haut ou la traite avec dédain. Ses réactions sont d'autant plus virulente si l'affront provient d'un individu masculin. La jeune femme manque sans doute de recul et de self-control : cela lui a déjà valu pas mal d'ennuis et d'autres sont à venir. Peut être apprendra t-elle à devenir plus raisonnable avec les années, ou peut être n'en aura t-elle pas le temps.


Passion consume the reason and the heart,
pulling you in the abyss of  madness.


Sasori est avant tout une exaltation d'émotions et de sentiments, bien trop refoulés, bien peu acceptés et pourtant tellement présents, débordants. La colère et la rage bouillonnent dans ses veines, explosant avec virulence lorsque la situation dérape. La haine la dévore un peu plus chaque jour, pourrissant son cœur, dévorant son innocence. L'orgueil s'incarne par cette dignité belliqueuse et vindicative, qui lorsqu'elle s'associe à la colère deviennent à eux deux la source d'un besoin insatiable de vengeance, de violence, de chaos. Les passions qui animent cette délicate sylphide sont aussi dévorantes que vives. Incarnation du péché, Sasori n'est que la personnification de ce avec quoi l'Homme doit se débattre, de ce qu'il doit craindre et combattre. Telle ces sorcières que l'on chassait durant les temps anciens, elle n'est que la projection des travers humaines, un miroir des vices de l'Homme. Mais l'âme humaine n'est pas si manichéenne et ne considérer qu'un aspect de la médaille serait trop réducteur ; Sasori représente ainsi la Vie dans ce qu'elle a de plus enflammé, d'exalté. Et si cela la dépasse, la dévore toute entière ; c'est aussi ce qui la rend profondément vivante et irradiante.


A siren who will pull you in abysses.


Il y a une passion, un péché profondément viscéral et instinctif que nous n'avons pas encore évoqué. Et pourtant, passer à côté de cet aspect de la personnalité de la nymphe semblerait grossier tant il fait partie de ce qu'elle est, de ce qu'elle incarne et surtout ; de ce qui vous perdra. Sasori n'est pas esclave de son physique, encore moins victime de ce qu'elle peut inspirer sous ses traits enjôleurs et ses courbes finement dessinées, sculptées par la danse. Sasori a apprit à faire de sa féminité un atout et non un fardeau qui se retournerait contre elle. Du moins, jusqu'au jour où son adversaire saurait inverser la situation mais, cela ne saurait arriver à ses yeux. La jeune femme est une séductrice aux multiples visages, sachant parfaitement jouer sur différents registres pour séduire, attendrir, fasciner. Joueuse, espiègle, la séduction est un jeu auquel elle aime s'adonner lorsqu'il en vaut la peine. Possédant une attraction malsaine pour tout ce qui pourrait lui nuire, plus la partie semble risquée, et plus elle s'y risquera. D'une sensualité à fleur de peau, Sasori est une adversaire redoutable ; ne la sous estimez pas sur ce terrain. Et ne vous méprenez pas ; les hommes ne sont rien de plus que des jouets à ses yeux. N'osez pas lui parler d'amour ; vous ne recevrez qu'un rire aussi cristallin que sombre. Sasori possède les hommes à défaut de les aimer ; et cette possessivité est à l'image de sa personnalité passionnée : dévorante et excessive.


The hidden monster in the darkness is never far.


Si la jeune femme possède une volonté et une ténacité qui inspirent, pour ceux qui veulent bien le reconnaître, un certain respect, cette force qu'elle possède ne saurait hélas la protéger de ses démons intérieurs. Les sentiments malsains que son cœur nourrit la poussent un peu plus loin chaque jour dans un tourbillon de violence. Un cercle sans fin dont elle est, sans véritablement l'admettre, l'esclave. Si l'on ne peut décemment la qualifier de folle, c'est pourtant une pente très dangereuse qu'elle emprunte. Sasori possède en effet un goût bien trop prononcé pour le sang et la violence, un héritage familial sans le moindre doute. Elle n'étanchera pas cette soif de manière incohérente, déraisonné ou encore seulement contrôlée par l'impulsivité. Elle n'a pas encore franchi le point de non retour la menant tout droit vers la folie.. enfin, question de point de vue certainement. Sans doute parce qu'elle a trouvé le moyen de laisser ses besoins sanguinaires s'exprimer dans un cadre plus précis et plus maitrisé. Pourtant .. ceux qui l'ont déjà vu à l’œuvre ne sauraient mentir ; lorsque ses pupilles se rétractent et que ses orbes sombres fixent avec détermination sa proie, la nymphe devient monstre. Et dans ces moments les plus sombres, son sadisme enfoui s'exprime librement. Au fond .. la folie est sans doute plus proche qu'elle ne l'imagine. Ses valeurs sont peut être plus fragiles que le besoin insaisissable de violence et de destruction qui l'habite.


Give your trust is giving the power to kill you, a risky bet.


Sasori est un ensemble de contradiction. Si elle prend un plaisir malsain à jouer avec le feu, elle peut se montrer d'une méfiance extrême vis à vis d'autrui. Elle s'expose tout autant qu'elle cherche à se protéger. Elle n'accorde jamais sa confiance et même lorsqu'elle semble le faire, ce n'est jamais pleinement. Qu'il s'agisse du monde souterrain ou non, elle sait combien l'humain a un don incroyable pour la trahison, préférant toujours finalement assurer ses arrières quitte à laisser quelqu'un de côté. Ainsi, plutôt que de se faire avoir à son tour, elle prend part à cette sombre mascarade, se montrant aussi fourbe que nécessaire, manipulant les autres aussi bien qu'elle respire. Rien n'est laissé au hasard ; tous ne sont que des pions sur son échiquier. Pour autant, est-elle entièrement dénuée de tout honneur, de toute loyauté ? Au fond, même elle n'en possède pas la réponse. Son égoïsme n'est qu'une arme défensive, son opportunisme, un moyen d'avancer malgré les obstacles et tracer son chemin quoi qu'il advienne. D'une redoutable capacité d'adaptation, Sasori trouvera toujours un moyen de s'en sortir, qu'importe les dommages collatéraux. Mais, cela n'est peut être pas une vérité aussi immuable ..


In the middle of thorns, will you know how to find your way back ?


Façonnée par le monde dans lequel elle a évolué, Sasori n'est que ce que l'on a fait d'elle. Plus influençable que ce qu'elle veut bien croire, elle s'est profondément laissée imprégner par son environnement pour en devenir l'ultime création. Au fond, elle n'est pas une mauvaise personne mais il est sans doute plus facile de faire de soi un monstre plutôt que d'accepter la douleur et la faiblesse d'être tout simplement humain. Les jolies filles n'ont que deux voies possibles dans son monde ; être une proie ou un prédateur. Elle a fait son choix il y a longtemps. Pourtant, Sasori est loin d'être foncièrement pernicieuse, la considérer comme une mauvaise personne serait profondément réducteur. Elle a tenté de s'adapter à son environnement, fait de mauvais choix, commis des actes qui ont marqué le cours de sa vie définitivement ; au fond, elle ne reste qu'une jeune femme pleine de vie, emportée par une course effrénée, terrifiée par ce manque de contrôle sur sa propre personne. Derrière le masque qu'elle arbore, Sasori est bien plus vulnérable que ce qu'elle veut bien accepter, rejetant les sentiments autant qu'elle sait combien ils pourraient l'atteindre et la blesser. Elle refuse de revivre les désillusions du passé. Pour autant, elle n'en est pas moins capable de se montrer des plus solidaire et bienveillante. Si elle ne se sent pas menacée et que son humeur est favorable, sa compagnie peut être des plus douce. Extrêmement protectrice, bien mal avisé serait celui qui s'en prendrait à ceux qui lui sont chers.


« Je suis peut être quelqu'un de froid, mais l'on a tous en soi une pièce condamnée. »



Histoire


This is a man's world,
so you have to fight, girl.

Morning in Japan



Elle représentait tout ce qu'ils détestaient; la rébellion, la liberté, l'audace, l'intelligence. En somme, elle était incontrôlable. A l'image de la société japonaise, les yakuzas n'aiment pas les éléments perturbateurs, qui risquent de remettre en cause l'ordre établi même de manière infime. Comme le dit le proverbe; le clou qui dépasse appelle le coup de marteau. Ainsi on l'a brimé durant des années, tenté de canaliser l'ouragan pour n'en faire qu'une légère brise caressante. Une fille obéissante, une femme docile, une épouse soumise. Peine perdue; le destin de cette enfant maudite était déjà tracé. C'est dans le sang qu'elle a gagné sa liberté, son indépendance. C'est dans la haine qu'elle s'est construite. Et c'est cette haine qui la détruira.


Chapitre 1 :
“ Les choses de l’enfance ne meurent pas,
elles se répètent comme les saisons. ”

Kasumi

La vie se joue a bien peu de choses. La naissance est la plus grande des loteries ; naitre humain ou animal, dans un foyer pauvre ou bien aisé, homme ou femme .. Nul doute que son destin aurait été bien différent si elle était née homme. Un homme aurait pu reprendre le clan de son père, Fujiwara Genzô, oyabun du clan le plus influent de Kyôto. Un homme n'aurait pas autant été source de déception après la mort en couche de son épouse. Une fille, quel bien maigre lot de consolation. L'oyabun devrait se contenter de cette fille unique, ou bien se remarier. Mais il en était incapable ; Xiao Feng avait été la seule femme capable d'adoucir le cœur endurci du yakuza. Il avait s'agit pourtant d'un mariage arrangé afin de sceller un partenariat fructueux avec la mafia chinoise. Mais la jeune femme avait su atteindre cet homme bien souvent considéré comme impitoyable. Elle avait été sa rédemption tout autant que sa déchéance. Sa perte, l'oyabun ne s'en était jamais vraiment remis. Noyant son affliction dans l'alcool et un déferlement de violence, la petite Sasori n'était que nuisible, encombrante. Ses traits lui rappelaient bien trop son aimée ; une vision insupportable qui l'avait toujours mis hors de lui. Cet enfant lui avait pris l'unique source de lumière de son existence ; comment aurait-il pu aimer cette progéniture aussi néfaste qu'inutile ?

Sasori a grandit dans l'ignorance et le mépris de son père. Petite, elle ne comprenait ce rejet et avec l'innocence d'une si jeune enfant, elle avait bien souvent cherché à obtenir l'attention de ce père si froid et distant. Dans les meilleurs jours, elle s'en trouvait vivement rejetée. Dans les pires, lorsque l'alcool s'en mêlait, les coups s'ajoutaient aux paroles blessantes. Projetant sur sa fille toute sa tristesse et sa colère, Genzô violentait ainsi régulièrement sa fille sans qu'aucun membre de la famille n'ose s'interposer ; qui serait assez fou pour s'interposer face à l'oyabun ?

Dans l'indifférence générale, la petite Sasori a alors tenté de se construire. Elle n'a jamais ignoré les activités de son père ni des autres membres de sa famille ; personne n'ayant vraiment cherché à l'en épargner. L'enfant est ainsi rapidement devenue une petite sauvageonne incontrôlable, ne s'exprimant qu'au travers de cris et de gestes tout aussi violents. Se refermant sur elle même, elle n’interagissait plus avec les autres, si ce n'est qu'au travers de la violence. L'entrée à l'école n'arrangea pas véritablement la situation ; elle ne se mêlait pas aux autres enfants et ses professeurs avaient bien du mal à s'en occuper. Il n'y avait qu'une personne pour calmer la petite ; sa grand mère maternelle, qu'elle voyait hélas bien peu souvent. Sous les conseils de cette dernière, il fut décidé que l'enfant devrait pratiquer une activité sportive ou artistique capable de la canaliser et ainsi de lui permettre un développement normal. Après tout, le mafieux ne pouvait se permettre d'avoir une enfant non éduquée. La petite fille choisit la danse, art qui avait toujours fait naitre des étoiles dans ses orbes sombres à chaque fois qu'elle avait pu en voir à la télévision. Ce fut à 6 ans qu'elle enfila ses premiers chaussons de danse. Et puisque la médiocrité n'était point permise dans cette famille, elle eut droit aux meilleurs professeurs de danse classique de la ville.


Chapitre 2 :
“ L’adolescence est le temps où
il faut choisir entre vivre et mourir. ”

Nausea and shudder


L'adolescence de la jeune femme fut bercée par la violence et l’illégalité. Sasori trainait beaucoup avec ses cousins, fils du frère de son père, Hideto l'ainé et Seiji le cadet, tout deux plus âgés que la jeune fille. Lorsqu'elle entra au collège, elle intégra le gang mené par Seiji et participa à de nombreux délits relativement mineurs d'abord, pour se laisser peu à peu entrainer vers davantage de violence. Suivant les traces de ses cousins qui avaient tout deux bien des choses à prouver à leur paternel, au fond c'était sans doute aussi son cas ; une fille pouvait tout aussi bien semer la terreur et obtenir le respect. Cela se passait à une échelle adolescente certes ; mais c'était les premiers pas avant d'entrer dans le grand banditisme. L'enfant turbulente avait ainsi trouvé le moyen d'exprimer sa colère et sa violence au travers de ce gang. Les tensions ne tardèrent pas, la jeune femme supportant difficilement l'autorité de Seiji. Ce dernier n'avait jamais porté sa cousine dans son cœur ; s'il l'avait accepté dans le gang, ce n'était qu'à la demande de son grand frère qui, plus âgé, travaillait déjà pour le clan. Hideto avait souhaité que la jeune femme puisse apprendre à se battre, à se servir d'une arme et à manier les rouages de ce monde parallèle. Au travers de son petit frère, Hideto avait ainsi pris la jeune fille sous son aile. Il avait été le premier au sein de la famille a lui accorder tant d'attention.

Les relations entre Seiji et Sasori ne cessaient de s'empirer. Le jeune homme supportait mal de voir son autorité remise en question, d'autant plus par une fille. Et puis .. il était au fond profondément jaloux de l'intérêt que son grand frère lui portait. Puisqu'il ne pouvait s'en prendre directement à elle – son frère ne lui aurait jamais pardonné -, il réussit sans grand mal à trouver des hommes parmi le clan qui acceptèrent de molester la jeune femme contre une somme alléchante. Puisque l'oyabun n'avait pas donné naissance à un homme, tous savaient qu'Hideto et Seiji seraient l'avenir du clan familial. Obtenir les bonnes grâces de ces derniers étaient donc un calcul des plus intelligent pour le futur. Et s'en prendre à la progéniture du parrain ne risquait pas de leur causer un quelconque soucis ; pas même son père ne se souciait d'elle. Ils eurent carte blanche ; bien qu'il était proscrit de la tuer ou d'abîmer son visage -trop flagrant. Pour le reste, il n'est pas difficile d'imaginer ce que des yakuzas peu scrupuleux et sans honneurs ont pu faire à une jeune fille de 15 ans, à cet âge délicieux entre femme et enfant. La pureté d'une enfant mêlée à la sensualité d'une femme ; quel plaisir aussi interdit qu'incommensurable.

Humiliée et couverte de honte, Sasori n'en a jamais parlé à qui que ce soit. Pas même à son cher Hideto. Comment aurait-elle pu lui révéler un événement si déshonorant ? Ainsi elle a gardé ce lourd secret pour elle même, se jurant au fond de son cœur qu'un jour, elle leur ferait elle même payer cet affront. A ces hommes, à Seiji qu'elle savait derrière son viol, à son père qui l'avait jeté dans la fosse aux lions sans vergogne. Elle quitta le gang et créa le sien, uniquement féminin. Hideto ne perdit pas de vue sa petite protégée, continuant de parfaire son « éducation », continuant à lui apprendre technique de combat et maniement des armes. Plus la jeune femme grandissait, plus leurs rapports devenaient plus intimes et ambigües. Jusqu'au jour où ils ne purent contenir leur attirance mutuelle. Il avait 23 ans, elle en avait 16. Après une première entrée à la matière pour le moins violente un an plus tôt, Sasori se réappropriait son corps et sa sexualité dans les bras du seul homme qui s'était toujours montré bienveillant à son égard. Le yakuza lui avait fait l'Amour, elle le sentait, elle était précieuse à ses yeux. Bien d'autres étreintes suivirent, sans que jamais pourtant ils n'officialisent une quelconque relation. Sasori y avait toujours été opposé, tenant bien de trop à son indépendance. Une femme tel qu'elle ne pouvait avoir de « petit copain », c'était un principe qu'il ne chercha pas à remettre en question. Elle était jeune .. il avait encore tout le temps de la faire définitivement sienne. Le mafieux était patient.


Chapitre 3 :
“ Aussi longtemps qu’on médite sa vengeance,
on garde sa blessure ouverte. ”

Deracine


Son gang était à présent solide, chaque membre lui vouant une loyauté à toute épreuve. Elle n'avait jamais arrêté la danse, une passion qui persistait depuis l'enfance, un éxutoire dans lequel elle se donnait éperdument, s'intéressant tout autant à la danse classique qu'à des courants plus contemporains et urbains. L'école.. ? Il fallait avouer qu'elle n'avait jamais été une élève bien assidue et abandonna définitivement le système éducatif l'année de ses 17 ans, à la fin du lycée, n'ayant absolument pas l'intention de poursuivre de quelconques études. Non pas qu'elle était mauvaise ; en vérité si elle avait réussit à suivre un minimum jusque cela c'était grâce à des facilités non négligeables ; certainement pas grâce à sa maigre présence en cours.

A présent, plus rien ne devait demeurer au travers de son chemin et les crimes du passé ne sauraient demeurer impunis. Désormais entourée par les membres de son gang, elle pourrait se faire justice. Ces jeunes femmes n'étaient pas à sous estimer ; toutes pouvaient se montrer d'une violence inouïe malgré leur jeune âge. Mais face à deux hommes armés, il ne fallait pas prendre le moindre risque et les deux plus jolies filles du gang avaient eu pour mission de les séduire et de les faire boire. Cela faisait des semaines que Sasori les avait fait espionner par ses filles, qui s'était ainsi rendue un soir dans un bar que les mafieux avaient l'habitude de fréquenter. Le reste avait été d'une facilité des plus risible ; ils n'auraient jamais eu l'idée de se méfier de jeunes filles aussi avenantes qu'affriolante. Là était leur vice, leur faiblesse et leur perte. Une fois qu'ils furent trop ivres pour se défendre convenablement, les deux délinquantes les avaient entrainés jusqu'à une ruelle où Sasori et le reste de la bande les attendait. À cinq, les désarmer et les passer à tabac n'avait été qu'un jeu d'enfant. Mais, pour la première fois jusqu'alors, Sasori ne réfréna pas sa violence, ne cessant pas ses coups. Les visages autour d'elle se fermèrent peu à peu. L'une d'elle tenta doucement de la ramener à la raison, se ravisant rapidement lorsqu'elle la vit sortir une petite dague.

« Vous savez ce que l'on fait aux animaux qui ne peuvent contrôler leur queue ..? Et bien, je ne vois pas pourquoi l'on réserverait cela aux animaux. Après tout, vous êtes des bêtes vous aussi. »

Avec l'aide de ses consœurs, Sasori priva les deux individus de ce qui faisaient d'eux des hommes. Le sang qui s'écoulait en abondance n'avait pour effet que de la stimuler davantage encore, faisant palpiter plus fort l'adrénaline dans ses veines. La honte avait été terriblement douloureuse ; sa vengeance, qu'elle avait tant attendue, se devait d'être à la hauteur. Et bon dieu qu'elle était délectable. Lorsqu'elle eut terminé de les charcuter, elle ne pouvait décemment les laisser en vie. Chacun leur tour, la lame caressa une ultime fois leur peau, cette fois-ci au niveau de la carotide. Forte de tout ce qu'Hideto avait pu lui transmettre, Sasori fit disparaître les corps avec l'aide de ses filles. Personne ne s'en prendrait de nouveau à elle, ni à celles qu'elle avait décidé de protéger ; à présent, elle savait qu'elle ne reculerait jamais plus devant rien.

Et pourtant, il demeurait une épine douloureuse dont elle ne saurait se débarrasser ; son propre père. Si elle subissait moins ses crises de violence que durant son enfance, c'était uniquement parce qu'elle ne le voyait que bien rarement, passant la majeure partie de son temps loin de la villa familiale. Ce fut quelques semaines après avoir éliminé ses agresseurs que la soirée qui marqua définitivement le cours de son existence se déroula. Son père avait reçu un courrier du lycée l'informant que sa fille ne s'était présentée à aucun concours d'entrée à l'université. Hors, l'éducation demeurait une valeur importante pour le yakuza. Qu'allait-il faire d'une fille sans éducation, sans diplôme ? C'était pourtant une condition inéluctable s'il voulait un jour lui trouver un mariage profitable. La colère de ce dernier était grande et il ne fallait pas espérer que le chemin qu'empruntait sa fille lui aurait apporté une quelconque fierté ; bien au contraire, ses agissements étaient indignes d'une femme.

Mais à présent, Sasori ne laisserait plus personne porter la main sur elle ; surtout pas lui. Plus jamais elle ne laisserait la peur la pétrifier face à son géniteur. Alors qu'elle était à terre, reprenant difficilement son souffle, la jeune femme avait déjà franchi le point de non retour dans son esprit. Elle se releva lentement, et s'approcha de son père qui lui tournait le dos, un verre de saké à la main. Il ne se méfiait pas ; sans doute sa fille était la dernière personne dont il se méfiait. Elle n'était qu'une femme ; les femmes ne se défendent pas. Elles font ce qu'on leur demande. Et il était le chef ; qui au sein de la famille aurait osé lui tenir tête ?
Il n'avait pas eut le temps de comprendre, la lame avait déjà tranché la fine peau de son cou.

« Es-tu fier de moi, à présent .. ? » avait-elle susurré au creux de son oreille avant qu'il ne s'effondre.


Chapitre 4 :
“ La trahison est une moisissure verte et douce, comme le duvet :
elle ronge en silence et par l'intérieur. ”

You love me cause I hate you


La mort du parrain demeurait un mystère. Aucun indice ne les avait mené vers Sasori que de toute manière l'on avait toujours bien de trop sous estimée. Les rennes du clan avaient été reprise par son frère Yasuro, le père de Seiji et d'Hideto. L'ainé avait reprit la direction d'un club privé dans lequel Sasori travaillait en temps que danseuse. Elle avait dissout son ancien gang ; il était temps d'entrer dans la cours des grands. La jeune femme travaillait discrètement pour son cher cousin, lui rendant de nombreux et divers « services », œuvrant ainsi pour le clan, feignant sa loyauté envers sa famille. Au fond, il n'en était rien. Il se servait d'elle ; elle en faisait tout autant. Grâce à son cousin, la jeune femme avait accès à de nombreuses informations sur les agissements du clan. La connaissance est pouvoir ; elle comptait bien s'en servir pour faire voler en éclat tout ce que son géniteur avait pu construire et faire mordre la poussière à cette famille qui l'avait toujours méprisé.

La jeune danseuse avait tissé des liens privilégié avec la triade présente à Kyôto ; parlant chinois grâce à sa grand mère maternelle, c'était un atout non négligeable à cette bonne entente. Elle leur revendait des informations sur les yakuzas ; ainsi ils avaient une longueur d'avance dans de nombreux domaines. Dans l'ombre, la jeune femme œuvrait à la perte des siens. Il y en avait pourtant un qu'elle prenait soin d'épargner ; Hideto. Si la triade s'en prenait à lui, elle cesserait de collaborer avec eux et ils n'avaient décemment pas envie de perdre une informatrice aussi précieuse. Si les chinois avaient longtemps été allié au clan des Fujiwara, après la mort de l'épouse de Genzo, plus rien ne les obligeait à faire perdurer les ententes du passé et Sasori représentait une opportunité unique d'accroitre leur influence.

Au fil des années, Sasori se perdit un peu plus dans ce double jeu des plus dangereux. Hideto ne semblait plus pouvoir se passer d'elle ; cela faisait des années qu'il la formait et la façonnait, à présent elle était son arme secrète la plus redoutable. Il lui faisait pourtant courir de nombreux risques, mais la loyauté de sa cousine envers lui semblait sans failles. Un jour, il succèderait à son père. Un jour, elle serait sienne, définitivement, officiellement. Rien ne saurait les arrêter. Mais en attendant ce jour, il avait d'autres plan pour elle. En secret, il l'avait promise à un homme. Un cadre important d'un autre clan avec lequel les relations étaient des plus incertaines. Un homme qui avait une bien piètre réputation avec les femmes. Qu'à cela ne tienne ; ce ne serait que provisoire. Hideto avait bien l'intention de prendre un jour le contrôle de ce clan, et sa chère cousine l'y aiderait. Les jours de son futur époux étaient comptés et d'ici quelques mois, quelques années s'il devait en être ainsi ; Sasori serait alors sienne.

Mais elle finit par découvrir la vérité, surprenant quelques bribes d'une conversation entre Hideto et l'un de ses hommes. L'essentiel était parvenu à ses oreilles ; s'en était bien assez pour qu'elle se sente profondément trahie et abusée par le seul homme qui avait eut droit à son respect, sa confiance et son affection.

Elle se garda soigneusement de l'informer de sa découverte, qui précipita son désir de vengeance et de destruction. Séduisant l'un des membres les plus virulent de la triade, jouant de sa détresse et de son désarroi, la jeune femme avait su faire germer en lui une idée folle et pourtant à sa portée ; éliminer les membres les plus importants du clan le plus influent de Kyôto. L'idée était aussi alléchante que la jeune femme qui lui avait soufflé. Avec un coup pareil, il s'attirerait la reconnaissance de ses cadres en Chine.

Ce soir là, Hideto et Sasori s'étaient étreint une ultime fois, tel un adieu qu'elle lui accordait. Sans doute avec plus de passion et de ferveur, plus de rage et d'affrontement. Et tandis qu'il la quittait pour rejoindre son frère et son père au club pour une réunion qui aurait du demeurer secrète, la jeune femme savait qu'il s'agissait de la dernière fois qu'elle le voyait.
Une descente de la triade avait eut lieu ce soir là dans le club. Il y avait eut des pertes des deux côtés ; mais le travail était fait.


Chapitre 5 :
“ La haine donne une raison de vivre. ”
Capricorn (A brand new name)


La jeune femme savait qu'elle ne serait jamais plus en sécurité à Kyôto. Elle était allée bien trop loin et l'étau se refermerait tôt ou tard sur sa personne. Cela faisait plusieurs mois qu'une compagnie de danse lui avait proposé de partir les rejoindre à la capitale. Peut être était-ce le moment de quitter le monde destructeur de la mafia pour vivre enfin réellement de cette passion qu'elle nourrissait depuis l'enfance et qu'elle n'avait jamais quitté. Cela faisait quelques années qu'elle avait cessé de prendre des cours, mais elle continuait de s'entrainer et l'on ne pouvait pas considérer qu'elle pouvait pleinement exprimer son talent lorsqu'elle évoluait sur la scène de ces clubs libidineux.. Mais une femme vint lui soumettre le choix certainement le plus décisif de son existence et ainsi, lui dérober cette chance de quitter définitivement cette vie qui n'avait rien d'autre à lui présenter qu'une échelle sans fin de violence. Une femme qui lui semblait sortir de nul part et qui pourtant s'était révélée incroyablement bien renseignée sur sa personne ; nul doute qu'elle avait été espionnée ces derniers mois. Cette femme lui proposait de rejoindre les rang d'un gang à Osaka dont elle n'avait jusqu'alors pas connaissance. Les desseins poursuivis par ce gang de femmes avaient tout pour la séduire ; ainsi elle pourrait continuer de laisser son besoin viscéral de revanche et de violence envers la gente masculine s'exprimer pleinement.

Aurait-elle véritablement été capable de suivre une simple carrière de danseuse, loin de ses racines mafieuses pourtant solidement ancrées ? Cela semble peu probable en vérité et pourtant l'opportunité s'est présentée à elle. L'on ne sort pas si aisément du cercle du vice et de l’illégalité..  Mais Sasori a fait un choix, sans doute le mauvais. Ainsi elle a quitté sa ville natale pour rejoindre Osaka et grossir les rangs de ce gang de misandries, devenant l'Onyx, l'exécuteur et le bourreau des K-OS. Tout autant tueuse à gage pour son propre compte, la jeune femme ne répond qu'à une seule règle ; ni femme ni enfants. Élément instable au sein de sa nouvelle « famille », elle regrette farouchement que cette dernière ne cherche pas à s'immiscer dans les guerres de clan .. Sasori considérant que mener à leur destruction ces hommes qui ne considèrent les femmes que comme des marchandises devrait être l'ultime quête poursuivie par les K-OS. En vérité, il semble impossible que sa vengeance personnelle puisse un jour prendre fin.


« You know devils don't fly, so don't exept me not to fall. »


Behind the scene crime
Hello ! Vous pouvez m'appeler Tsuki. J'ai 22 ans, et plus d'une dizaine d'année d'expérience dans le domaine du rp. Seulement, ça fait une éternité que j'ai délaissé les forums pour d'autres plateformes. Mais .. un fofo avec ce genre de contexte ça court pas les rues .. et je ne pouvais pas louper ça :D Merci MERCI de remettre les guerres de clan et les histoires de mafia au goût du jour *o* Très jolie déco au passage ! (;



Dernière édition par Fujiwara Sasori le Ven 22 Sep - 20:16, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 376
¥ : 20
Date d'inscription : 22/08/2017
Age : 21
Localisation : Au salon, il n'y a pas d'autres endroits ou je puisse me trouver de toute façon.
Emploi/études : J'ai arrêté les études lorsque j'avais 15 ans, même s'il serait plus juste de dire qu'on m'a fichu à la porte parce que je commençais à faire beaucoup trop de bordel.
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Jeu 21 Sep - 7:50

BORDEL JE T'AIME D'AMOUR TOI ! Tu ne sais pas à quel point ça fait plaisir de voir une K.OS sortir de l'ombre ! Ma Moony commençait à se sentir sévèrement seule face à tant de testostéronne ! Bienvenue à toi sur le forum ! Y'a pas encore beaucoup d'infos sur Sasori, mais j'aime beaucoup ce que j'ai pu lire ! ptitcoeurrose

Je reviendrais t'embêter quand tu auras fini ta fiche pour la lire, toussa toussa ! Puis il nous faut obligatoirement un lien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 624
¥ : 44
Date d'inscription : 20/09/2016
Age : 25
Localisation : Encore et toujours sur le terrain
Emploi/études : Lieutenant de police
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Jeu 21 Sep - 16:52

Bienvenue sur le fofo ptitcoeurrose

Doux Jésus cherchez pas Taka m'a déjà déteint dessus xD une fiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiille , une K.OS en plus kvcaqskc;sbksckhashcvavjhsvcjsavcaqvgfcyuqavcuqv => je suis joie J'en ai marre de voir ce groupe boudé alors que c'est celui avec le plus d'options d'évolution en plus T____T

De ce que je lis tu as l'air d'avoir une jolie plume et j'ai hâte de pouvoir lire la suite. Je ne te dis pas de poser des questions par MP si besoin, Rama m'a dit que tu l'avais déjà trouvé pour ça Donc bon courage avec le reste de ta fiche et puisse la force être avec toi ptitcoeurrose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 123
¥ : 34
Date d'inscription : 20/09/2017
Age : 21
Localisation : Probablement au Body Scandals, sinon .. tu n'as pas à le savoir.
Emploi/études : Danseuse au Body Scandals se faisant appeler Ivy - Tueuse à gage portant le pseudo Némésis
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Jeu 21 Sep - 18:20

Moony : Haha, que d'amour XD Mais je comprends ton soulagement, j'ai vu que ce groupe était délaissé, c'est en partie ce qui a finit par me décider d'ailleurs. Oh oui il nous faudra forcément un lien ! Et pour avoir déjà lu la fiche de ta petite, cela s'annonce très prometteur :D

Brooklyn : Je pensais bien avoir fait le bon choix en jouant une K.OS, c'est maintenant confirmé xD Vu le genre de perso que je préfère jouer, ce groupe était fait pour moi Cool Je compte bien permettre à ce groupe de sortir de l'ombre ! En effet, la pauvre je la harcèle un peu mais bon, j'veux être sûre de tout faire bien comme il faut. Merci, j'vais en avoir besoin, j'ai .. tellement pas fini TT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 414
¥ : 4
Date d'inscription : 20/09/2016
Age : 26
Localisation : surement à la salle de boxe
Emploi/études : enchaine les jobs, free-fighter illégalement
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Jeu 21 Sep - 18:23

Hey angel

Bienvenue sur le forum

Comme tout le monde l'a dit, il est vrai que Sasori (j'aime ce prénom) promet d'être un sacré petit bout de femmes (et non tu me déranges pas, j'aime qu'on me harcèle de questions intelligentes)

Courage pour ta fichette ptitcoeurrose
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
¥ : 0
Date d'inscription : 19/07/2017
Age : 22
Localisation : Partout
Emploi/études : Stripteaseuse et hôtesse pour les plus généreux
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Ven 22 Sep - 17:20

Bienvenue parmi nous ptitcoeurrose

Avec une fille et une KOS en plus IloveU (je viendrais te demander un lien avec mon dc qui sera aussi une kos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 123
¥ : 34
Date d'inscription : 20/09/2017
Age : 21
Localisation : Probablement au Body Scandals, sinon .. tu n'as pas à le savoir.
Emploi/études : Danseuse au Body Scandals se faisant appeler Ivy - Tueuse à gage portant le pseudo Némésis
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Ven 22 Sep - 17:31

Rama : Merci beaucoup ! Mais c'est bon, j'ai fini par en voir le bout de cette fiche ! dance
Yume : Merci :3 OH TU VAS RAMENER UNE COLLEGUE ? Je t'aime déjà alors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 414
¥ : 4
Date d'inscription : 20/09/2016
Age : 26
Localisation : surement à la salle de boxe
Emploi/études : enchaine les jobs, free-fighter illégalement
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Ven 22 Sep - 19:14

Une nouvelle K.OS en ville !

J'ai apprécie de lire ta fiche de bout en bout, ton style d'écriture est vraiment fluide, c'est agréable et on ne voit pas le temps passer. La psychée et l'histoire de Sasori sont vraiment intéressantes. J'aime voir comment la fleur sauvage continue d'avancer, de faire face à sa rage et la manière dont elle l'assume. Son caractère paradoxal, rempli de contrastes, en fait une jeune femme intéressante. On sent très bien d'où lui est venue sa misandrie et c'est bien de voir que tu connais bien comment la vie des femmes au Japon se déroule la majorité du temps tout autant que tu maîtrises le monde des gangs

Je te souhaite officiellement bienvenue sur Kaitaku

Bien évidement, nous ne pouvons que t'inviter à créer une fiche de liens à ton personnage, plus facile pour se faire quelques amis ou ennemis non ? Qu'il soit à la pointe de la mode ou non, le téléphone de ton personnage mérite d'être répertorié aussi. Peut-être que tu as besoin d'un lieu très important pour faire évoluer ton perso, pas de panique c'est possible d'en faire la demande ici si il n'existe pas déjà du moins . Si tu as peur de ne pas trouver de partenaire pour rp, il est possible d'en faire la demande ici. Petit point important  pour la suite, lorsque ton premier rp sera terminé, n'oublies pas de le signaler, tu gagnes des points en plus . Pour finir, n'hésites pas à faire un petit détour du côté du casino qui te réserve quelques petites surprises.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 120
¥ : 0
Date d'inscription : 02/07/2017
Age : 21
Localisation : Au commissariat
Emploi/études : Brigadier de Taipei muté à Osaka pour poursuivre la Triade
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Sam 23 Sep - 19:00

UNE DEUXIEME K.OS, on peut te faire un temple avec Moony rien que pour honorer ce groupe
Bienvenue avec ce bout de femme envoûtant On pourra se parler en mandarin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 123
¥ : 34
Date d'inscription : 20/09/2017
Age : 21
Localisation : Probablement au Body Scandals, sinon .. tu n'as pas à le savoir.
Emploi/études : Danseuse au Body Scandals se faisant appeler Ivy - Tueuse à gage portant le pseudo Némésis
avatar

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   Dim 24 Sep - 15:09

Merci pour l'accueil (; Oh oui, érigez moi un temple
Héhé avec plaisir mon chou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fujiwara Sasori † I was in the darkness, so darkness I became
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaitaku :: Commissariat :: Casiers judiciaires :: Au trou :: K-OS-
Sauter vers: