miura ren + the war

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: miura ren + the war   Dim 23 Juil - 1:08

miura ren
feat oh se hun

ID Card
Nom : miura, nom hérité de son défunt père, il est le seul présent et souvenirs qu'il lui ait légué. il le porte fièrement encore aujourd'hui. foster, ce nom qu'il a porté quelques années durant, celles qu'il a passés aux usa après son adoption. il ne l'a jamais apprécié et même toujours détesté, récupérant le nom de miura une fois reconnu majeur.
Prénom : ren, deuxième présent de la part de son paternel. celui-ci aussi, il le porte avec fierté, et personne n'a pu lui enlever, le remplacer par un autre nom affreux à consonance américaine.
Âge : il se trouve que c'est sa vingtième année de vie, vingt ans que qu'il respire l'oxygène de plein poumons.
Date et lieu de naissance : il serait né un vingt-et-un janvier d'après les papiers et informations retrouvées après le décès de son seul et unique parent.
Nationalité : d'origine japonais, il en porte la nationalité après avoir porter celle américaine durant ses années de vie sur le territoire ricain.
Statut marital : marié à la liberté depuis qu'il a vu le jour.
Situation financière : ridiculement pauvre.
Métier : écrivain amateur à ses heures perdues, il planche sur différent romans lorsqu'il n'es pas chargé de livraison ou impliqué dans un trafic d'armes.
Casier judiciaire : dégradation de biens publiques durant son séjour en amérique ; crise d'adolescence et mauvaises fréquentations.

Anecdotes
Ren il aime la romance, les films à l’eau de rose. Il adore tout ce qui touche à l’amour, c’est un romantique dans l’âme. / Ren il écrit dès qu’il a un peu de temps. Son objectif serait de commencer une carrière d’écrivain, mais il peine à avancer dans son histoire. Il a déjà envoyé une compilation de nouvelles à un éditeur, mais il n’en a pas voulu. Alors Ren il a la pression, il voudrait faire mieux, prouver qu’il possède une plume totalement à part des autres. L’idée de se faire un premier public sur internet ne lui a jamais traversé l’esprit jusqu’il y a deux mois. Il est encore loin de se faire un nom, mais il commence à avoir quelques fidèles. / Cela fait six mois que Ren fait dans le trafic d’arme, contre son gré. Il n’a jamais fait d’erreur, et bien heureusement pour lui, ses supérieurs l’attendent au tournant. Il espère rapidement boucler ses dettes et ne plus être mêler à ses histoires sales que sont celles d’une mafia. / Ren n’aime pas cuisiner, et il n’est tout simplement pas fait pour ça. Il travaille pour un restaurant thaïlandais, auquel il commande souvent quelque plat pour ne pas devoir aller aux fourneaux lorsqu’il rentre chez lui. / Ren s’est beaucoup battu pendant son adolescence, il en garde quelque cicatrices, d’autres sont à cause de certaines de ses bêtises.
Caractère
Le visage impassible, le regard translucide. Une bouche cousue, une voix inconnue. Des cordes vocales muettes, aucune émotion il ne projette. Pourtant, si des pupilles s’ancrent dans les siennes, elles pourront y voir tout ce qu’il tente de cacher, tout ce qu’il garde pour lui. Ses iris sont les portes de son cœur et de ses sentiments. Il se force à y mettre des barrières, des pièges, espérant que rien ne soit déjoué. Mais il est faible. Ren est faible. S’il essaye de fermer son cœur à ses semblables, n’importe qui arrive à s’y immiscer contre le gré de son propriétaire. Ren est sensible, Ren a le cœur sur la main, malgré ses apparences de jeune homme sans sentiments. Que nenni, il en a des sentiments, certains le faisant même affreusement souffrir. Son cœur n’est que tissu déchiré, cousu et recousu. Chaque départ, chaque séparation, écorche un peu plus la maison mère de ses sentiments et émotions. Sa faiblesse sentimentale n’a que d’égal sa douleur, cette douleur qu’il subit depuis le décès de son père. Et Ren a peur. Il a peur d’aimer, il ne peut plus donner son cœur à un autre être. Car il est en sa possession. Il lui a laissé, ce jour où il l’a quitté, abandonné. Ren est fragile, autant que le serait cette branche fine qui s’accroche comme elle le peut à son arbre, qu’importe le vent hurle et souffle. Ren est silencieux, il ne fait pas de bruit, n’émet aucun son. Sa bouche s’ouvre et laisse échapper quelques paroles seulement lorsqu’il doit se protéger, renforcer sa forteresse autour de son cœur pourtant si fragile et facile à détruire. Il passe son temps à la reconstruire à l’aide de ses débris, mais il sait que ses efforts sont vains. Ren le sait, mieux que quiconque, qu’il est faible. Ren n’est pas entier, il lui manque une partie de lui, une partie de son âme. Celle qui est restée au Japon, tandis qu’il l’abandonne pour rejoindre le sol américain.

Ren il est têtu, il n'en fait toujours qu'à sa tête. Il fonce sans réfléchir aux conséquences que peuvent avoir ses actes. Il vit dans le temps présent, qu'importe son passé et qu'importe ce que lui réserve le futur. Il n'aime pas se projeter dans l'avenir, réfléchir à ce qu'il deviendra, réfléchir à ce qu'il fera demain.  Il ne croit pas au destin ni aux coïncidences. Il est maître de son destin, de ses actes, de ce qu'il sera plus tard. Ce n'est pas la vie ni le hasard qui le guide, ce sont ses envies, ses tripes. Ren est un rebelle dans l'âme et n'obéit à aucune forme d'autorité. Grand enfant qui n'est pas encore sorti de sa crise d'adolescence, être instable et jamais sûr de lui, sa façon de se comporter provient de ses séquelles laissée par son passé. Sa façon de voir les choses n'est que le fruit de ce qu'il a vécu, la somme des douleurs qu'il a dû subir. Mais malgré son absence de croyance au destin, il ne peut s'empêcher de se demander pourquoi ? Pourquoi sa vie s'est-elle déroulée de cette manière ? Qu'a-t-il fait pour en arriver là aujourd'hui ? Ren il lui en veut. Il en veut à la vie, c'est elle qui s'est toujours amusée à lui découdre les fils qui maintenaient son cœur en un seul morceau, qui s'amusait à les piétiner un à un, sans aucun scrupule. Il lui en veut à cette salope de vie, de lui avoir arraché deux êtres chers à ses yeux. Il la déteste pour l'avoir fait souffrir, pour les avoir fait souffrir. Ren il est morose, s'apitoie sur son sort, est vite abattu par de petites choses. Il lui en faut peu pour lui faire baisser les bras. Ren, il faut souvent le secouer, lui mettre des gifles à travers de paroles marquantes, fortes, parfois même blessantes. Sans quoi, il ne se réveillera pas.

Ren il n'a pas confiance en lui, en ce qu'il fait. Il se considère comme le mal, comme le diable. Il est persuadé de faire souffrir son entourage et qu’il n’est pas digne de recevoir l’amour de certaine personnes. Pourtant, il n’est pas capable de le refuser, car Ren c’est un enfant, un enfant insécurisé qui a besoin d’affection et de tout l’amour du monde pour se sentir bien, entier. Ren il est dépendant de l’amour de ses proches, il en a besoin pour être fort, pour être vivant. L’amour sous toutes ses formes lui procure cette sensation si particulière. Mais Ren il a aussi besoin d’en donner, de l’amour, même s’il ne l’avouera jamais, préférant de loin jouer ce rôle du jeune homme au cœur de glace. Mais la glace est fragile et peut rapidement voler en éclat, mais ça, Ren l’ignore. Ren, il aime aimer et être aimer, parce que Ren, c’est un grand sentimentale. Mais jamais il ne le dira de sa propre voix et emportera ce secret dans sa tombe. Sauf si quelqu’un arrive à le percer à jour, chose qu’il n’espère pas. Mais il a peur Ren, parce que c’est arriver une fois, durant son enfance, il a réussi. Et Ren redoute le jour où cela se reproduira.

Histoire
Jour de glace, jour de neige. Les flocons tombes sur la ville et recouvre les rues d’une fine pellicule blanche, tandis que les enfants s’émerveillent devant cette beauté de la nature, d’autres ont déjà enfilé bonnet et écharpe pour plonger leurs mains dans ce cadeau gelé venant des cieux. Des cris de joie, de bonheur, arrivent jusqu’à ses oreilles, mais il ne les écoute pas. Il les ignore, place des bouchons imaginaires dans ses pavillons. Ses iris marron sont fixés sur cette tache pourpre qui s’est étendue dans la neige de la veille. Ses yeux s’écarquillent de plus en plus à la vue de ce spectacle horrifiant pour un garçon de cet âge. Il suit à l’aide de ses pupilles les traces du liquide rouge, qui le mène à regarder un corps. Corps inerte, corps sans vie, corps de son père. Les yeux clos, la bouche entre-ouverte. Ses larmes lui montes aux yeux, son nez rougit par le froid lui pique horriblement. Cette scène le chamboule, le bouleverse, le changera à tout jamais. Son père était mort, assassiné. Maintenant, il est seul.

Des litres de larmes ont roulés sur ses joues de petit garçon âgé de cinq petites années. Il n’a pas compris. Il n’a pas compris pourquoi son père faisait semblant de dormir. Il n’a pas compris pourquoi il ne lui répondait plus. Il ignore que son corps froid provient de l’absence de battement de cœur, pensant innocemment que cela était à cause de la neige. Il n’avait pas compris ce que les policiers disaient entre eux. Assis dans l’une des voiture, enroulé dans une fine couverture, il les écoute, les regarde, les observe. Il veut comprendre, mais personne ne semble poser son attention sur sa petite personne pour le moment. Les yeux, les regards sont tourné vers le cadavre étendu dans la neige. Il ne comprend pas quand les policiers parlent d’une « blessure par balle », ni lorsqu’ils parlent de « calibre ». Tout est aussi flou dans son esprit que l’es sa vision embuée de larmes qui perles dans ses yeux, avant de dévaler le long de son visage. Il ne les contrôle même plus, il ne sait même pas qu’il pleure encore. Ren est perdu, Ren ne comprend rien. Pourquoi lui avait-on arraché ses ailes ?

On l’avait balancé dans un monde inconnu, c’était comme lancer un mouton au milieu d’une horde de loups affamés. Il était la proie de tous, tous l’observaient avec un regard de rapace. Tous voulaient savoir la raison de sa venue ici, mais pas tous acceptaient sa présence. Les plus grands, les plus méchants, avaient décidé qu’il serait leur tête de turc. Alors il vu certaines de ses affaires volées, a reçus quelques œufs dans ses cheveux ébènes, quelques petites bestioles dans ses tiroirs. Mais il avait trouvé du réconfort, il avait trouvé des bras dans lesquels se protéger de ces actes de méchanceté gratuite. Ces bras le rassuraient lorsqu’ils s’enroulaient autour de son petit corps d’enfant, et mettait du baume à son petit cœur meurtrit. Ces bras desquels il restera accroché des années, entremêlant ses doigts aux siens, serrant sa main dans la sienne. Il s’était raccroché à lui, comme si sa vie en dépendait ; il était devenu sa référence, il avait réussi à recoudre ce petit morceau de son cœur qui s’était arraché à la mort de son paternel. Ren il l’aime. Ren il l’aime de tout son petit cœur d’artichaut.

Les années passent, les sentiments grandissent. Il avait pris une si grande place dans son esprit, dans sa tête, dans son cœur. Sa main était toujours accrochée à la sienne, il passait ses nuits dans les mêmes draps que lui, à l’abri des regards des éducatrices de l’orphelinat et des autres orphelins. Quand il le regarde, il le dévore des yeux. Ces yeux de biches, ces lèvres si tentatrices, ses joues légèrement rouges lorsqu’ils se disaient qu’ils s’aimaient, ce nez fin au milieu de son visage, son regard angélique. Ces cheveux de jais en bataille, ces quelques mèches qui viennent habiller à merveille son front. Mais ce qu’il préférait, c’était quand ses iris venaient s’ancrer dans les siennes, lorsque leurs lèvres rougissaient sous leurs baisers d’enfants innocents, lorsque leurs doigts s’entremêlent amoureusement, lorsqu’il pouvait coller son oreille sur la poitrine de l’être aimé et entendre son cœur battre pour lui. Ren il en était sûr, il était amoureux, même si les autres disaient le contraire. Les autres disaient qu’on ne pouvait pas ressentir de réels sentiments à neuf et dix ans, mais Ren il en était sûr, il était amoureux. Mirai, ce nom qui sonne comme un poème à ses oreilles.

Une tache. L’encre qui s’étend sur la toile sur laquelle l’artiste a peiné à rectifier sa dernière tache. Son tableau était vif, vivant, heureux. Mais son pinceau à couler, laissant alors un cercle noir au milieu de son tableau, et qui s’agrandit à mesure que le temps passe. Il essaye de l’éponger, mais elle ne fait que l’amplifier. Ce tableau, c’est la vie de Ren. Il allait bien, il était heureux. Il avait trouvé sa place au sein de l’orphelinat. Il était lui-même un grand, alors on ne l’embêtait plus. Avec Mirai à ses côtés, il se sentait fort, invincible. Mais il a été adopté. Il est forcé de tout quitter, de tout abandonné. Ses repères, sa nouvelle vie. Derrière lui. Il ne peut plus y toucher, il ne peut plus la retrouver. Son cœur se déchire une seconde fois, il se déchire en deux. Une moitié reste avec lui, reste en sa possession. Mirai. C’était à lui qu’il lui confia son cœur, son amour. Un dernier baiser chaste sur ces lèvres qui lui manqueront, une dernière étreinte avec celui qu’il aime. Ren il doit partir, Ren il doit quitter son pays pour un autre, pour y trouver sa nouvelle famille.

L’avion décolle, il a douze ans. Là-bas, sa nouvelle famille l’attend, en Amérique, en Floride. Il n’avait pas envie, il ne voulait pas de famille. Il préférait rester là-bas, jusqu’à prendre son envol, jusqu’à ce qu’il soit reconnu majeur. Il voulait rester à l’orphelinat jusqu’à ce qu’il puisse partir et vivre sa vie avec Mirai. Mais personne ne lui avait laissé le choix, personne ne lui avait demandé son avis. Ce sourire orné sur ses lèvres était cruellement faux. Son cœur était lambeaux, mais dans un élan de compatie, il ne voulait pas réduire les leurs en poussières. Un homme et une femme, les Foster, l’accueillent à bras ouverts. Il avait pris des cours intensifs d’anglais avant son départ, alors il comprenait ce que ses nouveaux parents lui disaient. Il les écoutait qu’à moitié, son esprit est trop préoccupé. Ren n’est pas entier, Ren a laissé une partie de lui au Japon. Alors Ren ne se sent pas lui-même et Ren change.

Ses mauvaises fréquentations auront eu raison de lui. Sa crise d’adolescence frappe au mauvais moment. Ça commence par quelque tag sur des murs de bâtiments abandonnés. Il grimpe les échelons ; il brise des vitres de son école qu’il qualifierait « d’épave », aussi pourrie que le quartier dans lequel il vit. Des gens riches l’entourent, il ne supporte pas leur présence. Il ne supporte pas sa nouvelle vie, il ne supporte pas sa famille. Il n’en peut plus de ces élèves trop obéissant, il n’en peut plus de cet uniforme scolaire qui le serre, le gratte, l’étouffe. Il n’aime pas ça, alors il se défoule. Le soir, la nuit, il tape dans tous les objets qu’il croise, accompagné d’une bande d’amis. Il renverse les poubelles sur son passage, frappe dans les rétroviseurs des voitures garées dans son quartier. Il vole ouvertement dans les magasins. Le commissariat de police était sa deuxième maison, y passant bien plus de nuits que dans son propre lit. Ren n’aime pas sa vie là-bas. Il n’aime pas ce qu’il fait, ce qu’il est devenu. Il arrive à aimer un tant soit peu ses parents, mais ne les considère pas comme tel. Ren attend l’aube de sa majorité japonaise, Ren il veut retourner là d’où il vient, Ren veut retrouver Osaka.

Ren change de nom. Il troque le nom de sa famille américaine pour reprendre celui de son paternel, son vrai père. Celui avec qui il est lié par le sang, et pas par une simple signature à l’encre sur une feuille de papier. Il est fier de porter ce nom, celui de l’homme qu’il a aimé d’un amour véritable, durant les cinq premières années de sa vie. Celui a tout fait pour rendre heureux son fils, malgré tous les dangers et les risques qu’il prenait. Les rumeurs courent vite dans sa ville natale, dont celle que le fils du Miura, majeur et vacciné, est de retour sur le sol japonais après une escapade aux USA. C’est chez les yakuzas que cela titille le plus les oreilles et la curiosité ; le gang des Takumi-Gumi y voit l’opportunité de se voir rembourser quelques dettes. Cette nuit-là, cette fameuse nuit d’hiver où la pure neige fut tâchée par un acte de violence pourpre, le jour où l’innocence d’un enfant de cinq ans s’est envolée après avoir vu le cadavre de son unique parent sur le sol. Cette nuit-là, un jeune père lâchement abandonné quatre ans plus tôt par sa conjointe pour des raisons inconnues encore à l’heure actuelle, venait chercher son unique fils dans sa chambre pour fuir loin d’Osaka, loin du Japon. Il voulait protéger son fils des griffes d’un gang de yakuza après s’y être dangereusement frotté durant quelques années. Il a vu ses dettes augmenter, chiffrer ; il a fui. Hélas, la balle fut plus rapide. Ils l’avaient rattrapé. Ren est condamné à travailler pour eux, à se mêler à différent trafic d’armes. Ren n’aime pas ça, il n’aime pas sentir ses mains si sales. Mais personne ne lui a laissé le choix, personne ne lui a demandé son avis. Alors Ren s’exécute sagement.

Behind the scene crime
mimi geignarde deuxième du nom (la première, celle d'hp, je prend la relève), le comeback des exo a une un mauvais (ou bon effet, ça dépend de la vision des choses) sur moi, c'est pourquoi je suis parmi vous à partir de maintenant ♥



Dernière édition par Miura Ren le Ven 28 Juil - 4:22, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Dim 23 Juil - 1:18

Mon amouuuuuur

On a l'air con à être first sur la fich l'un de l'autre alors qu'onest nouveau tout les deux, mais c'est pas grave /meurt/

Je te ferais des petits show privé mon chou

♥:
 


Dernière édition par Yosano Mirai le Dim 23 Juil - 21:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 414
¥ : 4
Date d'inscription : 20/09/2016
Age : 26
Localisation : surement à la salle de boxe
Emploi/études : enchaine les jobs, free-fighter illégalement
avatar

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Dim 23 Juil - 1:26

Hello angel

Je te souhaite la bienvenue sur le forum (Mimi geignarde elle est trop cooooool **)

Depuis l'ouverture de Kaitaku, je trouvais ça bizarre de ne pas voir arriver plus de EXO et vous voilà C'est souvent à cause de MVs qu'on a l'inspiration pour des pairings et autres personnages XD C'est bien pour ça qu'il ne faut pas trop suivre de groupes, sinon on est vite mal et il n'y a plus assez de forums pour tous les accueillir :pablo:  

Même si je n'ai pas aimé Ko Ko Pop (mais ils sont pardonnés avec The Eve ****), j'avoue que les interactions entre vos deux avatars dans le MV m'ont aussi bien marqué

En tout cas, la fiche commence bien et Ren promet d'être un personnage très intéressant !! Courage pour la rédaction et n'hésite pas nous mpottez avec Brooke si tu as des questions :string:

Petite précision néanmoins, les yakuzas ne font pas dans le traffic d'organes, c'est la Triade, la 14K Lai la seule à en faire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Dim 23 Juil - 1:40

Bienvenue par ici ! Et ooooooh un artiste de plus !
Ton début de fiche est prometteur, bon courage pour la suite
(oui j'passe par là parce que j'ai vu un artiste namého )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Dim 23 Juil - 2:46

c'est une armée d'exo qui arrive ici, c'est bien

en plus sehunnie

bienvenue ici en tout cas avec ton 'petit'
j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire et comme je l'ai dis chez ton n'amoureux, de voir les interactions entre vous deux

bon courage pour ta fiche en tout cas
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 340
¥ : 5
Date d'inscription : 22/07/2017
Age : 21
Localisation : Probablement en train de traîner quelque part pour faire une ou deux courses.
Emploi/études : Videur avec quelques extras pour les gangs lorsque le manque d'argent se faire ressentir.
avatar

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Dim 23 Juil - 3:08

UN YAKUZAAAAAAAAAAAAAAAA
Bienvenue à toi sur le forum ! Vite, vite, termine ta fiche, que je puisse voir si un lien est envisageable entre nos deux personnages !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 162
¥ : 0
Date d'inscription : 19/07/2017
Age : 22
Localisation : Partout
Emploi/études : Stripteaseuse et hôtesse pour les plus généreux
avatar

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Dim 23 Juil - 11:54

Bienvenue !
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 624
¥ : 44
Date d'inscription : 20/09/2016
Age : 25
Localisation : Encore et toujours sur le terrain
Emploi/études : Lieutenant de police
avatar

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Dim 23 Juil - 16:05

Oh encore des nouveaux qui s'inscrivent quand je suis pas là tshhh

Tout d'abord bienvenue sur le fofo Me disais bien, comme Rama, que c'était bizarre qu'on ai pas encore plus d'EXO que ça , mais c'est chose faite (bon bien que mon kokoro il appartient à Kai et ses belles fesses :pablo: )

De ce que je lis ça promet pour la suite, puis un autre ricain, ou du moins ex; tu pourras avoir des liens avec pas mal de gens du fo avec ça :string: Sinon je rebondis sur ce que dis Rama les yakuza ne versent pas dans ce domaine d'activité (petit rappel : Extorsion de fonds, Jeux d'argent, Industrie du sexe, Trafic d'armes, Immobilier, Construction, Manipulation marchés boursiers, Pornographie sur Internet, Chantage, Meurtres, Assassinats. ) . Après vu que ton petit est dans la "livraison" si on peut dire, peut-être que passeur d'armes ça pourrait lui convenir ?

Bon courage pour le reste de ta fiche et hésites pas à nous mpotter moi ou Rama si tu as la moindre question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 60
¥ : 0
Date d'inscription : 19/07/2017
Age : 21
Localisation : Room 1. Computer 1 to 3.
Emploi/études : Hackeur pour les Net'z. Rien de plus.
avatar

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Ven 28 Juil - 12:47

bienvenuuuuuuuue (OMO SEHUN)

ton perso à l'air très interressant huhu j'espère qu'on pourra avoir un lien! (je ne te dis pas bonne chance pour ta fiche puisqu'à l'heure qu'il est tu l'a déjà fini x) )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 624
¥ : 44
Date d'inscription : 20/09/2016
Age : 25
Localisation : Encore et toujours sur le terrain
Emploi/études : Lieutenant de police
avatar

MessageSujet: Re: miura ren + the war   Ven 28 Juil - 13:27

Un nouveau Yakuza en ville !

Eyh petit chenapan t'aurais pu dire merci aux gens, malotru va    Mais bon ton perso est très intéressant et bien écrit alors on te pardonne J'aime la personnalité toute en contrastes de ton petit qui est un cœur ardant dissimulé sous la glace, c'est une image qui m'a toujours parlé   Brooke le comprend aussi pour les films à l'eau de rose   Sinon comme je l'avais déjà dit à Mirai, votre histoire est trop cutie, on a envie de pousser des petits « anh c'est trop mignooooon »    Par contre, juste un petit truc, attention aux fautes d'innatention, notamment au niveau de la conjugaison, mais bon rien de catastrophique rassures-toi. Bon et bien amuses-toi bien sur Kaitaku  ptitcoeurrose  IloveU

Bien évidement, nous ne pouvons que t'inviter à créer une fiche de liens à ton personnage, plus facile pour se faire quelques amis ou ennemis non ? Qu'il soit à la pointe de la mode ou non, le téléphone de ton personnage mérite d'être répertorié aussi. Peut-être que tu as besoin d'un lieu très important pour faire évoluer ton perso, pas de panique c'est possible d'en faire la demande ici si il n'existe pas déjà du moins . Si tu as peur de ne pas trouver de partenaire pour rp, il est possible d'en faire la demande ici. Petit point important  pour la suite, lorsque ton premier rp sera terminé, n'oublies pas de le signaler, tu gagnes des points en plus . Pour finir, n'hésites pas à faire un petit détour du côté du casino qui te réserve quelques petites surprises.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: miura ren + the war   

Revenir en haut Aller en bas
 
miura ren + the war
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaitaku :: Permission :: La morgue :: Les fiches-
Sauter vers: